Recevoir plus que vous donnez

Elizabeth a ressenti un choc lorsqu’elle a appris que son mari adoré, Alan, 65 ans, était atteint de la maladie d’Alzheimer. « Alan était prêtre anglican. Sociable et charismatique, il aimait beaucoup travailler dans sa collectivité et trouver des moyens d’aider les autres. »

Pour se préparer à son nouveau rôle d’aidante, Elizabeth s’est tournée vers la Société Alzheimer régionale. Une conseillère dévouée de la Société, Joy, lui a facilité l’accès à de précieux services communautaires et lui a suggéré des stratégies pour faire face aux transformations des besoins affectifs et physiques d’Alan.

« En assumant le rôle d’aidante, j’acceptais de prendre soin d’Alan dans notre maison, l’endroit où il se sentait le plus à l’aise. Je suis tellement reconnaissante envers Joy pour ses visites régulières pendant toutes ces années. Souvent, j’avais simplement besoin d’une oreille attentive. Elle me donnait également de l’information sur l’aide offerte par le Centre d’accès aux soins communautaires. Lorsqu’elle voyait que j’étais trop fatiguée, elle m’encourageait à prendre du repos en laissant Alan au centre d’hébergement pour quelques nuits. »

« Même si j’étais ‘de garde’ jour et nuit, je suis
heureuse d’avoir été à ses côtés. »

Même après le déménagement définitif d’Alan au centre d’hébergement où il a vécu les huit dernières semaines de sa vie, Elizabeth et ses enfants ont continué de lui donner des soins. « Alan devenait parfois agité, particulièrement à l’heure du bain. Je me rendais alors au centre pour l’aider à prendre sa douche et à s’habiller. »

« Mon fils et ma fille visitaient leur père en soirée, aussi souvent qu’il leur était possible de le faire. Ils lui ont apporté sa musique préférée, parce qu’elle semblait le calmer. Cette année-là, au début des vacances d’été, ma petite-fille a également commencé à lui rendre visite. »

« J’encourage tout le monde à faire du bénévolat.
J’ai l’impression de recevoir beaucoup plus que ce que je donne. »

Alan est mort à 70 ans. Pour honorer sa mémoire, Elizabeth a commencé à faire du bénévolat au centre d’hébergement. Elle aide les pensionnaires au moment des repas et prend part à l’organisation des services religieux. « Le ministère d’Alan, qui comprenait également le centre d’hébergement où il a reçu de si bons soins, est une source d’inspiration pour moi. Souvent, je connais les nouveaux venus et je peux parler aux familles, parce que je sais ce qu’elles vivent. »

On prévoit que d’ici 2031, il faudra multiplier par trois le nombre
d’heures de soins pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer
ou d’une maladie apparentée.

Au Canada, une personne sur cinq âgée de 45 ans et plus prend soin d’un aîné qui souffre d’un problème de santé chronique – et le quart des aidants sont eux-mêmes des personnes âgées. Vos dons nous permettent de prêter une oreille attentive à leurs préoccupations, de les conseiller et de les aider à trouver un peu de répit.

La conseillère de la Société Alzheimer, Joy, représentait pour Elizabeth une confidente à qui elle pouvait parler des événements qui bousculaient sa vie. « Je ressentais comme une bénédiction la possibilité de m’ouvrir sur les choses que je trouvais difficiles à vivre. Joy était toujours si patiente et si gentille. »

Lisez le discours de Brynley, la petite fille d’Alan