Jacques Languirand

« J’ai accepté d’être le porte-parole « silencieux » de la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer.
« Silencieux » parce que les mots commencent parfois à me manquer mais aussi parce que j’aimerais vous donner la parole au lieu de la prendre. Vous permettre de parler de votre état sans en avoir honte, de voir votre situation avec humour si c’est possible, de dire vos besoins autant physiques que psychologiques que sociaux… Tous ces sujets que vous devez pouvoir aborder avec sérénité. Vous vous sentez seuls, vous avez peur de ce qui vient, vous souffrez dans votre cœur, dans votre âme, dans votre corps ? Vous devez pouvoir le dire.
Cette parole, je voudrais la donner à tous ceux qui sont touchés par cette maladie ou par une maladie apparentée, que ce soit la personne atteinte ou celles qui voient à leur confort relatif, ceux qu’on appelle les « aidants ».
Ce geste de ma part se veut une demande à tous ceux qui ne sont pas touchés par cette maladie. Si vous pouvez aider, faites-le. Donnez. Du temps, de l’argent, de l’attention, une écoute attentive. Donnez ce que vous pouvez. Tendez la main à tous ceux qui ne sont plus ce qu’ils ont déjà été, à tous ceux qui ont besoin d’aide parce que le poids est souvent trop lourd s’il n’est pas partagé.
Aidez. Parce que c’est un geste égoïste qui fait tellement de bien.